Robert Ménard condamné pour « provocation à la haine »

Le maire de Béziers avait déploré la présence d’enfants musulmans dans sa ville.

Hugo Boursier  • 25 avril 2017
Partager :
Robert Ménard condamné pour « provocation à la haine »
© Photo : PASCAL GUYOT / AFP

Il s’agissait selon lui d’une simple « description ». La justice en a décidé autrement. Poursuivi pour avoir estimé qu’il y avait trop d’enfants musulmans dans sa ville, Robert Ménard a été condamné ce mardi 25 avril pour « provocation à la haine et la discrimination raciale », par la 17e chambre du tribunal correctionnel de Paris.

Le 1er septembre 2016, le maire de Béziers, soutien du FN, avait vu parmi les élèves des écoles de sa ville la preuve, selon lui, d’un « grand remplacement ». C’est pour ce tweet que la justice a été saisie par plusieurs associations antiracistes :

© Politis

Après l’annonce de sa condamnation, l’édile a voulu réagir sur Twitter.

© Politis

Le « grand remplacement », c’est sa marotte, à Robert Ménard. Quelques jours après sa publication de 2016, il avait longuement expliqué cette théorie sur LCI.

En mai 2015, une enquête avait été ouverte par la justice après que le maire avait dénoncé la présence de « 64,6 % d’élèves de confession musulmane dans les écoles publiques de Béziers, une estimation basée sur les chiffres de [la] mairie ». Il s’agissait de savoir si Robert Ménard avait procédé à des calculs de statistiques ethniques ou religieuse, interdits en France. L’affaire avait été classée sans suite, faute de preuve.

Présente lors du procès, la journaliste de France Inter Charlotte Piret a relayé certaines des déclarations du fondateur de RSF, et trente ans plus tard, du mouvement Oz ta droite :

© Politis

Le maire de Béziers doit également payer une amende de 2 000 euros. Il a annoncé vouloir faire « évidemment appel ». Entre 1 euro symbolique et 1 000 euros de dommages-intérêts, ainsi que 1 000 euros de frais de justice, ont par ailleurs été accordés aux sept associations antiraciste qui s’étaient portées parties civiles, parmi lesquelles le Mrap, la Ligue des droits de l’homme, SOS Racisme et la Licra.

Société Politique
Temps de lecture : 2 minutes
Soutenez Politis, faites un don.

Chaque jour, Politis donne une voix à celles et ceux qui ne l’ont pas, pour favoriser des prises de conscience politiques et le débat d’idées, par ses enquêtes, reportages et analyses. Parce que chez Politis, on pense que l’émancipation de chacun·e et la vitalité de notre démocratie dépendent (aussi) d’une information libre et indépendante.

Faire Un Don

Pour aller plus loin…

Pride des banlieues : « Le RN au pouvoir, c’est notre mort »
Reportage 24 juin 2024

Pride des banlieues : « Le RN au pouvoir, c’est notre mort »

Samedi 22 juin, 15 000 personnes ont marché lors de la Pride des banlieues à La Courneuve. Face à la menace que représente l’extrême droite, les participant.es ont exprimé leurs profondes inquiétudes mais aussi leur détermination à lutter ensemble quoiqu’il advienne. Reportage.
Par Pauline Migevant
Impôt sur la fortune : le cadeau que veut faire le RN aux plus riches
Fiscalité 21 juin 2024

Impôt sur la fortune : le cadeau que veut faire le RN aux plus riches

Dans son programme, le Rassemblement national veut supprimer l’impôt sur la fortune immobilière (IFI) pour le remplacer par un impôt sur les fortunes financières (IFF). Un beau cadeau, uniquement à destination des 1 % les plus riches.
Par Pierre Jequier-Zalc
Accusé d’incompétence économique, le Nouveau Front populaire sort les chiffres
Économie 21 juin 2024

Accusé d’incompétence économique, le Nouveau Front populaire sort les chiffres

L’alliance des gauches se positionne pour une politique de relance et d’investissements massifs. Un chiffrage permettant de financer un programme de « rupture immédiate et claire avec la politique d’Emmanuel Macron ».
Par Lucas Sarafian
« Vous avez déjà entendu le RN parler de patriarcat ? »
Entretien 21 juin 2024

« Vous avez déjà entendu le RN parler de patriarcat ? »

Alors que le Planning familial a appelé à voter pour le Nouveau Front populaire, Sarah Durocher, sa présidente, revient sur cette décision et appelle à se mobiliser à la manifestation du 23 juin pour préserver les droits des femmes et des personnes LGBTQI+ face à l’extrême droite.
Par Hugo Boursier