Dossier : Réfugiés : Le mythe de l’appel d’air

Un droit à l’hospitalité

La crainte d’une concentration de migrants qu’on ne pourrait plus maîtriser incite les pouvoirs publics à mener une politique purement gestionnaire – et inefficace.

Le texte date de mars 2009, avant la « crise des réfugiés » de septembre 2015. « Une notion revient souvent dans la bouche de nombreux responsables quand on parle des étrangers : celle de l’appel d’air. Ainsi, un accueil de trop bonne qualité des demandeurs d’asile, et en particulier le fait de leur verser une aide financière, inciterait les étrangers à venir chez nous pour y demander l’asile […]. L’idée étant, bien sûr, que ce prétendu appel d’air doit être évité à tout prix et que les politiques…

Il reste 93% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents