Au risque de la caricature

Je ne suis pas votre nègre, de Raoul Peck, n’évite pas certains travers.

En 1950, James Baldwin publie Rencontre sur la Seine, un texte magnifique où il évoque ses interactions avec les étudiants africains à Paris. Empathique mais distant, le chapitre ne calque jamais une réalité (le racisme aux États-Unis) sur une autre (la colonisation). L’auteur y fait preuve d’un constant effort de décentrement, une attention au contexte qui irrigue toute son œuvre. Dans Je ne suis pas votre nègre, Raoul Peck se fixe un cahier des charges ambitieux : le film, qui se veut « écrit par James…

Il reste 77% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents