Festival de Cannes : la polémique Netflix

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Ce n’est pas une petite polémique qu’a déclenchée la sélection dans la compétition de deux films produits par Netflix : Okja, de Bong Joon-Ho, et The Meyerowitz Stories, de Noah Baumbach. Si d’aventure l’un des deux obtenait la récompense suprême, pour la première fois dans l’histoire du festival, la Palme d’or ne serait pas distribuée dans les cinémas. 

En effet, Netflix réserve la priorité de la diffusion de ces deux films à ses abonnés, rejetant la chronologie des médias en vigueur en France, qui lui imposerait, en cas de sortie en salles, d’attendre 36 mois avant de pouvoir les exploiter sur sa plateforme. 

Par la voix de son délégué général, Marc-Olivier Sebbag, la Fédération nationale des cinémas français a marqué son désaccord : « Netflix se place en dehors de la réglementation fiscale et sectorielle, ainsi que de toute obligation d’investissement dans la production, tout en voulant profiter de l’écosystème français. » 

Le Festival de Cannes a maintenu les deux films en compétition, tout en édictant une nouvelle règle pour 2018, conditionnant la sélection en compétition à une sortie en salles. Suite de la polémique sur la Croisette…


Haut de page

Voir aussi

Articles récents