« Irrintzina » : La génération climat crève l’écran

Irrintzina, documentaire enthousiasmant de Sandra Blondel et Pascal Hennequin, montre l’essor d’Alternatiba et des nouveaux collectifs de lutte.

C’est une scène dont les images n’avaient pas circulé jusqu’à présent. Une quinzaine de militants des associations Bizi et Amis de la Terre, identifiés par des vestes taguées au logo du mouvement « Action non-violente COP 21 », pénètrent tranquillement dans une agence BNP Paribas à Paris. Pas un geste brusque, des mots rassurants envers les clients. Les militants se saisissent de quelques chaises et ressortent aussi paisiblement qu’ils sont entrés. L’irruption a duré 1 minute et 40 secondes. Sandra Blondel et Pascal Hennequin ont pu filmer la scène. « Sans coupure, un plan-séquence qui peut témoigner d’une opération parfaitement pacifique et maîtrisée », explique Pascal Hennequin, cadreur du documentaire Irrintzina, le cri de la génération climat [1]. Sur le trottoir, un militant explique le sens de cette « réquisition » : la banque est l’une des plus mouillées dans l’évasion de capitaux vers les paradis fiscaux. Des milliards d’euros qui font défaut au financement crucial de la transition énergétique, justifient les militants. Dans un facétieux « dent pour dent », ils annoncent que les chaises seront rendues quand la banque jouera le jeu d’une entreprise citoyenne. D’autres opérations similaires auront lieu dans diverses agences et d’autres banques. Bizi avait inauguré la série chez HSBC, à Bayonne, en février 2015.

Il reste 84% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents