Le cortège de tête face à la violence

Depuis le mouvement contre la loi travail jusqu’au 1er Mai dernier, une partie des manifestants font désormais front contre la police. La tension monte des deux côtés.

La violence grandit. À chaque nouvelle manifestation, des images de rues noyées sous les gaz lacrymogènes, des forces de l’ordre en rangs serrés derrière leurs boucliers transparents et des manifestants à la détermination sans faille devant le cortège syndical. Le 1er Mai dernier, les images du défilé traditionnel ont été éclipsées par une photo : celle d’un policier en flammes après le jet d’un cocktail Molotov qui l’a brûlé au visage et aux mains.

La viralité de l’image est immédiate, déclenchant une série de commentaires souvent indignés, solidaires, mais aussi parfois douteux. La section CGT de Publicis ose le sarcasme – déplacé – sur Twitter : « On ne parle que du poulet grillé sur les chaînes style BFM, mais pas beaucoup de ça [les violences policières]… » Des actes et des paroles sitôt condamnés par les pouvoirs publics. Était-ce un accident ? Les conséquences d’une violence volontaire ? L’événement a-t-il fait débat au sein du « cortège de tête », qui occupe le premier rang de toutes les manifestations depuis le mouvement contre la loi travail, au printemps dernier ?

Il reste 90% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents