Le Pen-Macron : voter ou pas ?

Faut-il voter contre le Front national ou s’abstenir de donner du poids à l’ultralibéralisme d’En marche ! ? Le choix déchire nombre de militants dont les luttes convergent pourtant. Débat bienveillant pour poser les arguments de chacun.

Ingrid Merckx  et  Christophe Kantcheff  • 3 mai 2017 abonné·es
Le Pen-Macron : voter ou pas ?
© photo : Denis Meyer/Hans Lucas/AFP

Dur de voter Macron quand on s’est mobilisé contre la loi travail, les violences policières, l’état d’urgence, les politiques d’austérité… Mais dur de ne pas prendre un bulletin contre le risque fasciste dans une Ve République déjà mal en point. Jean-Riad Kechaou, professeur d’histoire-géo au collège Camille-Corot, à Chelles (77), et blogueur sur Politis.fr, ainsi que Mathilde Larrère, historienne des révolutions, enseignante à l’université Paris-Est-Marne-la-Vallée et membre du collectif le Temps des lilas, défendent des positions contraires. Ils confrontent à titre strictement personnel des arguments souvent convergents, avec un courage, une bienveillance et une compréhension de l’autre assez rares en cette veille de second tour.

Pouvez-vous dire d’où vous parlez, quelle décision vous avez prise concernant le second tour, et quelles pressions pèsent sur vous quand vous l’exprimez ?

Mathilde Larrère : Je ne représente que moi et ne cherche pas à inciter qui que ce soit. J’ai dit mon choix parce qu’à force de voir des gens que je respecte et dont je connais l’engagement antilibéral, anticapitaliste et antifasciste, se hurler dessus, à travers les réseaux sociaux notamment, je me suis dit qu’il fallait arrêter. Si Emmanuel Macron devient Président, il ne faut pas qu’il se retrouve

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)