Libérer le travail, vraiment ?

Le profit ne peut plus être le seul critère pour les investissements.

Thomas Coutrot  • 24 mai 2017 abonné·es
Libérer le travail, vraiment ?
© photo : Emmanuele Contini / NurPhoto / AFP

Réduire les « charges », autoriser l’employeur à organiser un référendum pour déroger à la loi, plafonner les indemnités prud’homales pour les licenciements abusifs : voici ce qu’Emmanuel Macron appelle « libérer le travail ». Il s’agit en fait de réduire le coût du travail et l’incertitude sur les coûts de licenciement. M. Macron et le Medef croient que les patrons ont peur d’embaucher faute de savoir combien ça leur coûterait de virer abusivement le salarié…

Marx parlait du capital fixe comme d’un « travail mort » : « Le moyen de travail, du fait de sa transformation en un automate, se pose face au travailleur comme capital, comme travail

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)

Chaque semaine, nous donnons la parole à des économistes hétérodoxes dont nous partageons les constats… et les combats. Parce que, croyez-le ou non, d’autres politiques économiques sont possibles.

Temps de lecture : 3 minutes