Macron, l'envers du décor

Certaines propositions du nouveau Président semblent bienvenues, mais il suffit de gratter un peu pour que leur caractère antisocial saute aux yeux.

Le 8e président de la Ve République s’est fait élire à la suite d’une campagne en trompe-l’œil. L’expression préférée d’Emmanuel Macron (EM), dans ses discours électoraux, n’était-elle pas « en même temps », ce qui lui a permis d’assortir chaque promesse électorale de son contraire ?

Une des premières mesures promises par EM sera une loi sur la moralisation de la vie publique. Mais, « en même temps », EM s’apprête à mettre en place un « spoil system » à l’américaine, véritable perversion de la vie politique. Le Président veut en effet choisir lui-même, pour les mettre à sa botte, les 250 hauts fonctionnaires de la République.

La priorité d’EM, faire reculer le chômage en imposant par ordonnances une nouvelle libéralisation du marché du travail, est dans le droit fil des politiques qui ont échoué depuis trente ans. « En même temps », EM veut supprimer 120 000 postes de fonctionnaires et réduire les dépenses publiques de 50 milliards d’euros, deux mesures qui déprimeront fortement l’activité et l’emploi.

Il reste 68% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.
Haut de page

Voir aussi

Articles récents