Mélenchon à Marseille : le choix d’un député, plutôt que deux, contre Macron

Législatives. En voulant « remplacer » le socialiste sortant Patrick Mennucci, le leader de la France insoumise prive l’Assemblée nationale d’un député potentiellement anti-Macron.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Jean-Luc Mélenchon n’en a pas fait mystère hier : « Je ne veux pas affaiblir le PS, je veux le remplacer. » Voilà ce qui explique (entre autres) qu’il se présentera contre le député sortant socialiste Patrick Mennucci, dans la 4e circonscription des Bouches-du-Rhône au lieu de tenter l’affrontement avec l’extrême droite ou la droite à un autre endroit.

« Remplacer » le PS par une gauche vraiment de gauche au plan national ? Pourquoi pas… Faut-il pour autant le « remplacer » à l’Assemblée nationale, au risque de perdre l’une des précieuses (car, sans doute, peu nombreuses) voix qui pourraient s’élever contre la politique d’Emmanuel Macron ?

Patrick Mennucci a beau avoir soutenu Benoît Hamon contre le lâchage de Manuel Valls lors de la présidentielle, il n’a certes pas grand-chose du « frondeur » socialiste. Il avait d’ailleurs demandé la tête de l’un d’entre eux, Gérard Filoche, suite à sa sortie malheureuse sur le patron de Total après le décès accidentel de celui-ci en 2014. Durant son précédent mandat, le député des Bouches-du-Rhône a en outre voté sans barguigner la loi Renseignement afin « de ne pas laisser à la droite le monopole de la fermeté et de la sécurité », mais aussi la très libérale loi sur l'accord national interprofessionnel. Quant à l’état d’urgence, dont il a voté la mise en place, il le considère comme « une avancée démocratique dans la République » (lire ici).

Néanmoins, cet ancien soutien de Ségolène Royal n’est pas non plus exactement de l’aile droite. Il a ainsi estimé que la déchéance de nationalité pour les seuls binationaux était « une rupture d'égalité grave entre les Français », avant de voter la version remaniée de l'article 2 du projet de loi constitutionnelle contrairement à 102 députés de son groupe. Il s’est opposé à « la philosophie générale » de la loi travail, sans pour autant aller jusqu’à rejoindre les députés de gauche qui ont tenté de déposer une motion de censure. A priori, difficile aussi de le soupçonner d’être favorable au nouveau président : « Que [les socialistes] continuent comme ça et [les Français] auront Emmanuel Macron », avait-il ainsi averti au moment de la primaire du PS. Mélenchon eût peut-être été mieux inspiré de ne pas priver l’Assemblée de l’un de ses probables opposants…


Haut de page

Voir aussi

Articles récents