Royaume-Uni : Raclée pour le Labour

Les conservateurs britanniques ont très largement remporté les élections locales le 4 mai.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Theresa May peut avoir le sourire. Alors qu’elle a fixé au 8 juin des légistatives anticipées, les conservateurs britanniques ont très largement remporté les élections locales (municipales et comtés) le 4 mai, en conquérant plus de 500 sièges – dont plus de 400 enlevés aux travaillistes. Ce sont même des fiefs historiques du Labour qui sont tombés, tel Birmingham, mais aussi au Pays de Galles, dans le nord très populaire de l’Angletterre ou en Écosse – souvent ici au profit des indépendantistes du SNP.

Mais les tories ont aussi siphonné les voix de l’Ukip, le parti d’extrême droite qui peine à survivre à la victoire de sa quasi unique revendication, le Brexit. À la veille d’un probable raz-de-marée le mois prochain, Theresa May semble avoir réussi le tour de force de faire apparaître les conservateurs comme le parti du Brexit, alors que son prédécesseur, David Cameron, a dû démissionner après son échec au référendum sur cette question…


Haut de page

Voir aussi

Articles récents