Artistes et migrants, l'empreinte du réel et de la tolérance

Depuis 2015, le collectif Art in the Jungle s'évertue à montrer que l'art peut être un créateur de liens et un outil d'intégration digne pour les migrants.

Les têtes des passants de la rue de Rivoli ne cessent de s’agiter entre les vitrines des boutiques à scruter, les monuments à admirer et les autres piétons à éviter. Mais au n° 59, les regards se fixent, d’abord en hauteur : la façade haussmannienne est régulièrement customisée au gré de l’inspiration des artistes de cet ancien squat. Puis, les curieux s’arrêtent, interpellés par la musique et les voix qui s’échappent de la galerie. Ils finissent par passer une tête, un pied, et entrent. Comme une mise en…

Il reste 93% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.
Haut de page

Voir aussi

Articles récents