Badinter et Onfray : la peur du réel

Une bien belle semaine où de grands intellectuels se sont exprimés dans de grands journaux.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


On a vu sa silhouette passer de cités en parkings, de places en abribus. On l’a reconnue au bas des immeubles, ne manquant rien de ce qui s’y trame. J’ai nommé : Élisabeth Badinter, spécialiste autoproclamée de là-où-ça-craint. Elle dit dans Le Point du 1er juin : « Allez mettre une jupe ou une robe dans certains quartiers… » Oui, arborez donc une robe à l’Assemblée nationale, comme Cécile Duflot. Non, je galèje… « Il faut un sacré courage dans certains quartiers pour refuser le voile », poursuit-elle. « Certains quartiers » : la philosophe hausse l’expression au niveau du concept pour mieux désigner l’enfer machiste. « – Tu habites où ? » « – Certains quartiers. » « – Malheureuse, ton sort est scellé ! »

Au contraire, dans le VIe arrondissement, on ne serait pas « persécutée et empêchée par les hommes ». Pourquoi diantre ne sommes-nous pas tous entre gens de bonne compagnie ? « Le cri d’alarme d’Élisabeth Badinter », titre Le Point. En effet, grâce à cet entretien qui pénètre au plus profond de sa pensée, on découvre que ça ne va pas fort. Y aurait-il quelqu’un pour délivrer Élisabeth Badinter des musulmans, ces hordes de violeurs en rut, des néoféministes au discours « victimaire » et des « féministes musulmanes », auxquelles elle accole des guillemets tant l’association des deux mots lui répugne ? « Il n’y a plus d’universalisme, que des “moi d’abord” », se désole-t-elle, version germanopratine de l’adage millénariste de Mme Michu : « Y a plus de jeunesse, que des jeunes voyous. »

Dans la crémerie d’en face, L’Obs, un autre sain d’esprit, Michel Onfray, affirme que Benoît Hamon est « un fasciste de gauche » et que sa victoire à la primaire est due au « bourrage des urnes », avec Hollande en grand ordonnateur. On imagine le philosophe en proie à ces manigances invisibles, le regard troublé par l’anxiété, chuchotant à l’oreille de ses interlocuteurs : « Je n’ai plus confiance. » Son inclination complotiste effraie les journalistes. Mais l’hebdomadaire reste d’une rigueur inflexible face à ces allégations, puisqu’il ne leur accorde que huit malheureuses pages. Voilà une bien belle semaine où de grands intellectuels se sont exprimés dans de grands journaux.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents