Canada : La tête dans le sable bitumineux

Justin Trudeau va dans le sens contraire des engagements pris par le Canada lors de l’accord de Paris.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Le Canada, détenteur des principales réserves de sables bitumineux du monde dans sa province de l’Alberta, a décidé d’augmenter leur exploitation de 53 % d’ici à 2030. Le Premier ministre canadien, Justin Trudeau, avait pourtant promis en janvier 2017 de « mettre un terme » à l’extraction minière des sables bitumineux. Deux mois auparavant, il avait donné son aval à l’extension de deux oléoducs dans l’ouest du pays.

L’exploitation des sables bitumineux est dévastatrice pour l’environnement : augmentation des gaz à effet de serre, destruction des forêts boréales, pollution de l’air, de l’eau et des sols… En cédant aux sirènes des compagnies pétrolières, Justin Trudeau va dans le sens contraire des engagements pris par le Canada lors de l’accord de Paris, visant à la réduction des émissions de gaz à effet de serre.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents