Élections au Royaume-Uni : Theresa May peut-elle être battue ?

Dans le contexte des attentats terroristes, les sondages prédisent aujourd’hui que les tories risquent de perdre leur majorité absolue.

Politis  • 7 juin 2017
Partager :
Élections au Royaume-Uni : Theresa May peut-elle être battue ?
© photo : Chris J Ratcliffe / Getty Images / AFP

La série d’attentats ne semble pas devoir s’arrêter. Sans omettre ceux qui ont frappé Kaboul, Bagdad et la communauté copte en Égypte, le Royaume-Uni a subi trois attaques meurtrières ces dernières semaines, avec un nouvel attentat dans la soirée du 3 juin, à Londres, qui a fait huit morts (dont un Français) et une cinquantaine de blessés. Alors que l’Angleterre est en pleine campagne électorale, les derniers sondages, dont certains annonçaient un raz de marée conservateur jeudi 8 juin lorsque, en avril dernier, la Première ministre conservatrice, Theresa May, a choisi cette date (cf. l’entretien avec Thierry Labica), prédisent aujourd’hui que les tories risquent de perdre leur majorité absolue.

Après les deux derniers attentats, les Conservateurs, avec leur slogan pour un gouvernement « fort et stable », ont bien tenté d’apparaître comme la force la plus à même de défendre le pays face au terrorisme de Daech. Mais Jeremy Corbyn a habilement contre-attaqué en rappelant que Theresa May, ministre de l’Intérieur du gouvernement Cameron entre 2010 et 2016, avait supprimé près de 20 000 postes de policiers. Un nouvel exemple, aux yeux de l’opinion, de la politique néolibérale des tories réduisant les services publics, alors que, contrairement aux années passées, la population semble maintenant sensible aux arguments des travaillistes en faveur d’une présence forte de l’État.

Au lendemain de l’attentat de samedi, Theresa May a prononcé un discours diversement apprécié, critiquant soudain le système britannique des communautés, « trop tolérant avec l’extrémisme islamiste ». Aux yeux de certains, c’était là tomber dans le piège de la division de la société britannique, traversée par toutes les religions et les origines. Une déclaration qui a été d’autant plus mal ressentie qu’elle entrait en résonance avec les attaques répétées de Donald Trump contre le maire d’origine pakistanaise de Londres, Sadiq Khan. À trois jours du scrutin, personne ne pouvait prévoir l’impact électoral des attentats de Manchester et de Londres.

Monde
Temps de lecture : 2 minutes
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don

Pour aller plus loin…

Birmanie : « Nous gagnerons car nous n’avons pas le choix »
Résistance • 25 janvier 2023 abonné·es

Birmanie : « Nous gagnerons car nous n’avons pas le choix »

Deux ans après le coup d’État militaire, le mouvement de résistance pro-démocratie ne fléchit pas. Cependant, l’issue de sa lutte dépend du renforcement des soutiens extérieurs, jusque-là timides.
Par Patrick Piro
« La France n’a pas accompagné la démocratisation de l’Afrique de l’Ouest »
Entretien • 4 janvier 2023 abonné·es

« La France n’a pas accompagné la démocratisation de l’Afrique de l’Ouest »

Le chercheur béninois Francis Laloupo étudie depuis longtemps les enjeux géopolitiques de l’Afrique et les conflits qui y émergent, particulièrement en Afrique de l’Ouest. Cette région connaît aujourd’hui des soubresauts qui contrecarrent ses avancées vers la démocratie. L’ex-colonisateur français en porte une responsabilité non négligeable, estime le chercheur.
Par Patrick Piro
Droits des femmes et LGBT+ : la menace Meloni
Monde • 14 décembre 2022 abonné·es

Droits des femmes et LGBT+ : la menace Meloni

Depuis l’élection du gouvernement d’extrême droite en Italie, les mouvements pro-vie et anti-genre prennent de l’ampleur et s’emploient à infléchir la législation dans le sens de leurs combats.
Par Irene Fodaro
De la Syrie à l’Irak, les Kurdes sous les feux croisés turcs et iraniens
Répression • 9 décembre 2022 abonné·es

De la Syrie à l’Irak, les Kurdes sous les feux croisés turcs et iraniens

Accusés de tous les maux par Ankara et par Téhéran, les partis d’opposition et les groupes rebelles kurdes vivent des heures très difficiles en Irak et en Syrie. Si la « communauté internationale » ne cache pas sa préoccupation, personne ne semble en mesure de mettre fin à un cycle devenu infernal. Décryptage.
Par Laurent Perpigna Iban