L’espace public face à l’ordre public

Alors que débute la saison des festivals, l’état d’urgence crée des situations de restriction ou de censure pour les spectacles de plein air.

Sur les arts dans les lieux publics et les événements culturels, la prolongation de l’état d’urgence a aussi des effets néfastes. À l’orée de la saison des festivals, alors que le gouvernement souhaite intégrer l’état d’urgence dans le droit commun, la Fédération nationale des arts de la rue (Fnar) publie une tribune [1] pour alerter sur la restriction des libertés de création et de diffusion. Explications avec Lucile Rimbert, présidente de la Fnar. Pourquoi cette tribune, où vous alertez sur les…

Il reste 94% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents