Macron et les Comoriens : la réponse embarrassée de Gérard Collomb

Interrogé à Marseille sur la très mauvaise blague du président de la République, le ministre de l'Intérieur nous a livré une réponse lunaire.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Gérard Collomb était ce samedi à Marseille pour soutenir les candidats de la République en marche (REM). Il déambulait sur le Vieux-Port, de café en café, avec Corinne Versini, la candidate opposée à Patrick Mennucci et Jean-Luc Mélenchon, quand nous avons pu l'approcher pour lui demander ce qu'il pensait de la blague honteuse du chef de l'État sur les milliers de Comoriens venus chercher une vie meilleure à Mayotte – dont beaucoup meurent au cours de leur traversée. Diffusés dans l'émission « Quotidien », vendredi soir, les propos d'Emmanuel Macron ont été captés lors de sa visite au Centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage atlantique (CROSS) d'Etel (Morbihan), le 1er juin.

.

La réponse de Gérard Collomb est autant embarrassée (on y retrouve le désormais fameux tic de langage macronien « en même temps ») qu'elle est lunaire. Nous la livrons telle quelle :

« J'ai vu ces images et je comprends évidemment qu'il y ait des éléments d'inquiétude. En même temps, si vous voulez, je crois que le président Macron est quelqu'un qui veut à la fois maîtriser une immigration de la part des Comores sur Mayotte. La situation est assez compliquée. Mais en même temps il veut accueillir largement et insérer. Je sais que les Comoriens de France sont très insérés dans la communauté nationale. Il y en a beaucoup à Marseille, j'en ai aussi à Lyon, je les connais bien et c'est une communauté adorable.

Politis : Qu'est ce que vous avez pensé de ces images ?

Il arrive quelquefois, lorsqu'on est dans le feu de l'émotion, qu'on ne contrôle pas ses propos. Nous sommes dans une autre phase maintenant et ce qu'il fait depuis deux semaines montre qu'il est à la hauteur.

Cela peut vous coûter cher?

On en a vu d'autres depuis un an. »

Reprise sur les réseaux sociaux, la séquence de « Quotidien » suscite une vague d'indignation. Saïd Ahamada, candidat REM d'origine comorienne à Marseille (7e circonscription) compte monter à Paris lundi pour avoir des explications du Président. Il « prendra sa décision » à l’issue de cette discussion qu'il espère franche.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents