« Nothingwood » : L’humour à l’afghane

Dans Nothingwood, Sonia Kronlund brosse le portrait libre et cocasse d’un réalisateur de films de série Z en Afghanistan, Salim Shaheen.

Voir des Afghans rire aux éclats. Depuis combien de temps n’était-ce pas arrivé ? Ce fut si saisissant que toute une salle cannoise a ovationné, émue aux larmes, la présentation du film de Sonia Kronlund à la Quinzaine des réalisateurs en mai dernier. Quarante ans d’images de conflits avaient fait oublier l’humour de ce peuple qui survit depuis quarante ans au chaos des coups d’État, des occupations, des guerres civiles, des talibans, des bombardements, des attentats… En brossant le portrait du réalisateur…

Il reste 88% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Louis Mieczkowski, l'insaisissable

Société accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.