Patrick Chamoiseau : Élargir l’horizon du vivant

Dans Frères migrants, Patrick Chamoiseau dresse un plaidoyer en faveur de l’hospitalité.

Christophe Kantcheff  • 14 juin 2017 abonné·es
Patrick Chamoiseau : Élargir l’horizon du vivant
© photo : ULF ANDERSEN/Aurimages/AFP

Ho ! Que les morts massives en Méditerranée nous dessillent le regard ! » Le texte que fait paraître aujourd’hui Patrick Chamoiseau procède d’une interpellation. À l’endroit des citoyens-lecteurs, mais aussi de lui-même. Il raconte, sur la quatrième de couverture, que son grand ami Édouard Glissant s’exclamait « On ne peut pas passer cela ! » chaque fois qu’un événement inacceptable survenait. « C’était pour moi toujours étrange. Nous ne disposions d’aucun pouvoir. Nous n’étions reliés à aucune puissance. Nous n’avions que la ferveur de nos indignations. C’est pourtant sur cette fragilité, pour le moins tremblante, qu’il fondait son droit et son devoir d’intervention. Il se réclamait de cette instance où se tiennent les poètes et les beaux êtres humains.

Ces propos de Patrick Chamoiseau ne sont pas anodins, parce qu’ils constituent – même si tel n’était pas leur but a priori – une

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Littérature
Temps de lecture : 4 minutes