Week-end musical : le festival TaParole fête ses 15 ans

Trois jours hauts en couleur pour le festival de chanson TaParole, à Montreuil, avec une programmation mêlant exigence artistique et découvertes originales. Ouverture des portes ce vendredi 16 juin à 18 heures.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Il y a bien sûr les têtes d’affiche comme Miossec, ou le chanteur des Têtes raides Christian Olivier. Pour le reste, la programmation offre de belles promesses de surprise. On y trouve « Mon côté punk », formation musicale originale réunissant des membres de la Rue Ketanou, de Padam, et d’autres artistes venus de différents horizons. Ou encore « Martintouseul », un spectacle taillé pour le jeune public, dans lequel un certain Monsieur Martin fabrique des « chansons aléatoires » avec sa nouvelle invention, « l’Electronik Jâze : une machine infernale, véritable capteur-émetteur de vibrations humaines ». Les horaires de succession des concerts ne sont pas révélés, pour obliger le public à l'écoute et à la découverte...

Créé il y a quinze ans dans une cour d’immeuble du XXe arrondissement de Paris, le festival TaParole s’est donné pour mission de donner à voir le bouillonnement de la scène artistique évoluant hors des circuits de la grosse production. Après avoir gagné en ampleur au fil des années et vu certains de ses chanteurs décrocher des prix musicaux, cette 15e édition privilégie à nouveau des artistes et des lieux alternatifs. Ce week-end, ce sera à la Maison de l’arbre de Montreuil, lieu d’écriture, de théâtres et de chansons.

Programmation complète sur www.festivaltaparole.org

Jusqu’au 18 juin, à Montreuil. Pass 3 jours 34 €, 1 jour 17 €/12 €


Haut de page

Voir aussi

Le goût subtil de la gentrification

Société
par ,

 lire   partager

Articles récents