Christian Prigent : La poésie est un sport de combat

Christian Prigent est un des poètes les plus importants d’aujourd’hui. En témoignent ce nouveau recueil, Chino aime le sport, et la publication des Actes du colloque de Cerisy qui lui a été consacré.

Cédons à l’actualité du Tour de France et commençons donc par Christopher Froome « qu’a p’têt’/(Vu comme qu’i vrOum-vrOum en tête)/Si pas des accus sous la selle/Du voltage à ses manivelles ». Et voici ce que ce champion (transhumain ?) inspire : « Les ultra-sons ça nous résonne/Aux ouïes sans casque et on papote/Avec Max le robot (un pote) !/Popote ? : le pot transgénique/Pour des pédalées bioniques. » Le triple vainqueur de la Grande Boucle est un des héros du nouveau livre de Christian Prigent, Chino aime le sport.

Chino est l’alter ego du poète depuis quelques livres, où il revisite à sa manière des chapitres de son existence. Comme l’auteur le résume lui-même : « En I (Les Enfances Chino, 2013), Chino grimpait la côte “enfance”. En II (Les Amours Chino, 2016), il dévalait d’adolescence à vieuserie la pente des “amours” [1]. »

Il reste 85% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents