En Bretagne, un festival contre les projets miniers

Le collectif Douar Didoull organise pour la deuxième fois le Festival des luttes, à Plougonver dans les Côtes-d'Armor.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


En Bretagne, comme dans de nombreuses autres régions de France, les projets miniers se multiplient, et les collectifs de résistance avec eux. C’est le cas dans la forêt domaniale de Koad Noz, où la compagnie australienne Variscan Mines est titulaire d’un permis d’exploration et envisage des forages dans le courant de l’année. Le collectif Douar Didoull, en lutte depuis plus d’un an contre ce projet et les pratiques extractivistes en général, organise à partir d’aujourd’hui et tout le week-end le « Festival des luttes/Gouelioù ar stourmoù ».

À lire aussi >> Contre les lobbys miniers, la résistance se muscle

Pour la deuxième année consécutive, des collectifs et associations opposés aux projets miniers et autres projets inutiles se retrouveront à Plougonver (Côtes-d’Armor), du 21 au 23 juillet. Au programme : des conférences, des débats, des concerts, un fest-noz.

Les participants pourront ainsi discuter, bien sûr, des projets miniers, notamment en Guyane, mais aussi du projet de contre d’enfouissement de déchets nucléaires à Bure, des OGM avec des faucheurs volontaires, ou encore du problème de la répression avec le collectif antirépression de Nantes/ZAD. Un atelier de « désintoxication à la langue de bois », anoimé par Franck Lepage aura également lieu.

Retrouvez le programme complet ici.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents