Geri Allen, pianiste majeure

La mort prématurée de Geri Allen mardi 27 juin est une perte immense pour le jazz.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


La mort prématurée de Geri Allen mardi 27 juin est une perte immense pour le jazz. Sidewoman des plus grands, Wayne Shorter, Charlie Haden, Betty Carter, Ornette Coleman pour ne citer qu’eux, la pianiste née en 1957 à Pontiac (Michigan) a commencé son ascension fulgurante dans ce milieu hyper masculin au mitan des années 1970, après une formation classique. 

Diplômée de la Howard University et de l’université de Pittsburgh en ethnomusicologie, Geri Allen abasourdit ses aînés grâce à un groove lumineux et à une capacité hors norme à fusionner sa culture jazzistique infaillible et son attrait pour les musiques de son temps. En quarante ans de carrière, elle a enregistré une vingtaine de disques dont quelques éminents solos. Elle fut la première femme à recevoir le Jazzpar Prize danois, l’équivalent du Nobel du jazz.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents