Les chemins de la liberté, de la paix, de la fierté…

Qu’elles soient devenues historiques ou non, les marches collectives restent un ingrédient déterminant dans la mobilisation des citoyens.

Vanina Delmas  • 26 juillet 2017 abonné·es
Les chemins de la liberté, de la paix, de la fierté…
photo : En Argentine, les Mères de la Place-de-Mai poursuivent leur ronde depuis quarante ans pour réclamer la vérité sur la disparition de leurs enfants.
© EITAN ABRAMOVICH/AFP

Au printemps 1930, les routes sinueuses de l’Inde voient défiler une frêle silhouette vêtue de blanc, un bâton de pèlerin à la main, suivie par des dizaines puis des centaines de personnes. Âgé de 61 ans, le Mahatma Gandhi s’est lancé dans une longue marche de protestation contre l’ordre imposé à l’Inde par l’empire britannique, pour extirper son peuple de cette soumission coloniale. Durant vingt-cinq jours, avalant plus de 380 kilomètres, Gandhi ne cesse de mettre un pied devant l’autre avec détermination, pour sensibiliser ceux qu’il croise à la nécessité de l’indépendance de leur pays et pour prôner la non-violence. Au bout de son périple, de leur périple, l’océan Indien : Gandhi s’avance, se baisse et cueille une poignée de sel au bord de l’eau. À cette époque, l’occupant

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Société
Temps de lecture : 8 minutes