Liu Xiaobo, mort sans sépulture

Les autorités chinoises ont refusé que le corps du Prix Nobel de la paix soit enterré.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Le corps du Prix Nobel de la paix Liu Xiaobo, décédé d’un cancer, a été incinéré samedi 15 juillet et ses cendres ont été dispersées en mer. Les autorités ont refusé que Liu Xiaobo soit enterré, de peur sans doute que sa tombe ne devienne un lieu de recueillement pour les opposants au régime. Son frère aîné a cependant défendu la dispersion des cendres lors de la conférence de presse organisée par les autorités, pendant laquelle il a consacré vingt minutes à l’éloge du Parti communiste chinois (PCC). La vitesse d’expédition de la cérémonie ainsi que la méthode ont laissé les amis de l’intellectuel dissident sous le choc. Précédemment, Pékin avait refusé le transfert à l’étranger demandé par le Prix Nobel lorsqu’il fut révélé, en juin, qu’il était atteint d’un cancer incurable. Les amis de la femme de l’intellectuel sont toujours sans contact direct avec elle depuis les funérailles, et s’inquiètent de son état de santé. Les États-Unis et l’Union européenne ont appelé la Chine à la laisser quitter le territoire.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents