Contrats aidés : encore des économies sur les plus pauvres !

Politis  • 29 août 2017
Partager :
Contrats aidés : encore des économies sur les plus pauvres !
Photo : FRANK PERRY / AFP

Brutale, la décision a été prise au milieu de l’été. Les associations de solidarité et les services publics découvrent ainsi que la rentrée va être particulièrement difficile. Non content de réduire d’un trait de plume le nombre de contrats aidés de 459 000 à 320 000 pour 2017, le ministère du Travail a aussi annoncé leur diminution encore plus drastique en 2018. 

Auxiliaires de vie scolaire, aides à la direction des écoles (soulageant les enseignants-directeurs dans les communes rurales de nombre de tâches administratives), aides à domiciles… sont quelques-unes des activités qui seront les plus touchées par cette mesure. 

Écoles, collectivités locales et associations ne peuvent ainsi, en ce début septembre, renouveler des contrats qui se sont généralement terminés cet été, les plongeant ainsi dans une incertitude quant à la poursuite de nombreuses activités. Certaines écoles en milieu rural pensent même à reculer la date de la rentrée, ces personnels manquants les mettant en grande difficulté, à l’instar des aides accompagnant des élèves en situation de handicap.

Surtout, les associations de solidarité et les entreprises de l’économie sociale et solidaire s’insurgent contre une mesure qui va les contraindre à renoncer à certaines de leurs missions et qui frappe en premier lieu les personnes bénéficiaires de ces contrats aidés : le plus souvent des jeunes peu qualifiés ou des chômeurs de longue durée. 

En 2015, une étude de la Dares (ministère du Travail) montrait ainsi que 86 % des attributaires de ces contrats n’avaient eu aucune autre proposition d’emploi que ce contrat aidé, que 54 % étaient des femmes et 62 % faisaient partie des personnes les moins qualifiées sur le marché. Cette disposition, destinée à réduire les dépenses publiques selon le gouvernement, va donc frapper les plus pauvres et les services publics ou les associations en charge des plus fragiles. En somme, une mesure très… « macronienne ».

Les échos Travail
Temps de lecture : 2 minutes
Soutenez Politis, faites un don.

Chaque jour, Politis donne une voix à celles et ceux qui ne l’ont pas, pour favoriser des prises de conscience politiques et le débat d’idées, par ses enquêtes, reportages et analyses. Parce que chez Politis, on pense que l’émancipation de chacun·e et la vitalité de notre démocratie dépendent (aussi) d’une information libre et indépendante.

Faire Un Don

Pour aller plus loin…

Réforme de l’assurance-chômage : « Ça va détruire nos vies »
Témoignages 10 avril 2024 abonné·es

Réforme de l’assurance-chômage : « Ça va détruire nos vies »

Emplois précaires, discrimination par l’âge, baisse des droits et future suppression de l’allocation de solidarité spécifique : des chômeurs racontent à Politis l’angoisse et la galère de la recherche d’emploi, que les réformes des quinquennats Macron n’ont fait qu’empirer.  
Par Léna Coulon
Pour la CFDT, une nouvelle réforme de l’assurance-chômage relève de « la politique fiction » 
Syndicats 4 avril 2024 abonné·es

Pour la CFDT, une nouvelle réforme de l’assurance-chômage relève de « la politique fiction » 

Après l’annonce gouvernementale d’une nouvelle réforme de l’assurance-chômage, les syndicats sont dans l’attente. Si certains préparent déjà une éventuelle mobilisation, d’autres espèrent encore voir le gouvernement faire marche arrière.
Par Pierre Jequier-Zalc
Charbon français, l’enfer sous terre
Reportage 3 avril 2024 abonné·es

Charbon français, l’enfer sous terre

Depuis 1984, le Centre historique minier de Lewarde retrace la longue histoire d’un bassin industriel – celui du nord de la France – et d’une part majeure de la classe ouvrière, à l’heure où l’aventure minière semble devoir reprendre, avec les recherches de métaux nécessaires aux batteries électriques. 
Par Olivier Doubre
« La question du partage du travail fait son retour »
Entretien 20 mars 2024

« La question du partage du travail fait son retour »

Le sondage réalisé par l’Ifop pour Politis révèle qu’une très large majorité de Français seraient favorables à l’instauration de la semaine de 4 jours, à 32 heures payées 35 heures, dans le public comme dans le privé. Décryptage par Chloé Tegny, chargée d’études sénior de l’institut.
Par Michel Soudais