À qui profite la crise au FN ?

Le départ forcé de Florian Philippot préfigure un repli du parti, dont Laurent Wauquiez et la France insoumise espèrent profiter.

Michel Soudais  • 27 septembre 2017 abonné·es
À qui profite la crise au FN ?
© photo : JOEL SAGET/AFP

Même pas mal. Marine Le Pen et les dirigeants du Front national se sont relayés deux jours durant pour minimiser l’impact du départ de Florian Philippot. Avec les mêmes mots, ils ont dit sur toutes les antennes qu’ils regrettaient son départ, dit et redit qu’ils en avaient vu d’autres et que leur parti s’en remettra sans difficulté… Au troisième jour, la cheffe assurait que cette rupture était « déjà du passé », voire « un non-événement politique » puisqu’elle n’a entraîné qu’un nombre « dérisoire » de départs. Un peu plus d’une cinquantaine recensés lundi. Parmi eux, 26 conseillers régionaux – le FN en a fait élire 358 en décembre 2015 – pour l’essentiel élus dans la région Grand-Est avec Florian Philippot (11 des 46 élus frontistes), en Bourgogne-Franche-Comté (7 élus sur 24) et dans les Hauts-de-France (6 élus sur 54). Rien de comparable avec l’hémorragie provoquée par la scission mégretiste fin 1998.

Comme si de rien n’était, Marine Le Pen a entamé samedi une tournée de « refondation » en promettant à ses militants que, d’ici au congrès prévu le 11 mars à Lille, ils pourraient « discuter de tout », du nom du parti aux statuts, en passant par le projet et les « alliances », certains plaidant pour une ouverture plus large à

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Politique
Temps de lecture : 7 minutes

Pour aller plus loin…

Chez les Républicains, le spectre de la disparition
Droite • 21 mars 2023

Chez les Républicains, le spectre de la disparition

Une image de premier allié du gouvernement, un groupe parlementaire divisé et un parti fracturé… Les Républicains craignent désormais la dislocation de leur famille politique, à l’image de toutes les divergences de leurs lignes sur la réforme des retraites.
Par Lucas Sarafian
Après le 49.3, la Nupes peut-elle convertir la colère en adhésion ?
Politique • 21 mars 2023

Après le 49.3, la Nupes peut-elle convertir la colère en adhésion ?

Le passage en force du gouvernement sur la réforme des retraites a donné du carburant à la contestation sociale. Galvanisée par l’aveu de faiblesse du camp présidentiel, la coalition de gauche se tient prête à tous les scénarios dans les semaines à venir.
Par Jonathan Trullard
Quand Olivier Marleix (LR) prévenait :  « On ne sera pas complice d’une méthode trop brutale »
Retraites • 10 mars 2023

Quand Olivier Marleix (LR) prévenait : « On ne sera pas complice d’une méthode trop brutale »

Sous la pression d’un gouvernement qui dégaine tous les articles en sa possession pour accélérer le débat parlementaire et obtenir un vote sur la réforme des retraites avant dimanche, la droite, bien que visiblement en phase avec le contenu du texte, suivra-t-elle la méthode imposée par le gouvernement ?
Par Lily Chavance
Retraites : notre comptage qui révèle le comportement sexiste des députés dans l’hémicycle
Sexisme • 8 mars 2023

Retraites : notre comptage qui révèle le comportement sexiste des députés dans l’hémicycle

En plus des attaques sexistes subies par plusieurs députées de la Nupes lors des débats sur la réforme des retraites, le comptage des interruptions de parole que « Politis » a réalisé montre une attitude masculine excluante à l’égard des femmes.
Par Hugo Boursier