À Toulouse, place à la danse !

Toulouse donne un nouveau souffle à son centre chorégraphique et crée une journée de manifestations gratuites en plein air.

En 1995, à une époque d’une particulière effervescence dans le domaine de la danse, un Centre de développement chorégraphique (CDC) voit le jour à Toulouse. Premier du genre, il va servir de modèle et ouvrir la voie à d’autres : on en compte aujourd’hui douze, répartis sur l’ensemble du territoire et regroupés au sein d’une association, l’A-CDC, créée en 2010.

Le centre de Toulouse reste aujourd’hui emblématique, d’autant plus qu’il a été dirigé pendant vingt ans par Annie Bozzini, activiste exigeante et passionnée, militant en faveur de la danse depuis le début des années 1980. En 2015, lasse du manque de soutien de la municipalité (en particulier quant à l’obtention d’un nouveau lieu plus grand et mieux adapté aux besoins de la structure), Annie Bozzini donne sa démission.

Forte d’une longue expérience de programmatrice des arts vivants au sein du Lieu unique à Nantes, Corinne Gaillard prend sa succession en avril 2016 avec l’ambition de donner une nouvelle impulsion à la structure, en binôme avec le chorégraphe toulousain Pierre Rigal, qui assume le rôle d’artiste en mission pour le CDC.

Il reste 80% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents