Birmanie : les ambiguïtés d’Aung San Suu Kyi

Alors que les musulmans rohingyas de l’État d’Arakan sont l'objet de massacres bien réels et tentent de fuir vers le Bangladesh, la « Conseillère d’État » préfère parler de « désinformation ».

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Traqués par l’armée birmane qui se livre à une répression féroce, les musulmans rohingyas de l’État d’Arakan (région du sud-ouest de la Birmanie) fuient massivement vers le Bangladesh voisin. Selon l’Onu, ce sont quelque 270 000 Rohingyas qui ont franchi la frontière depuis le 25 août. À l’origine de cet exode, les violences commises par l’armée birmane contre cette population en proie depuis 1962, année de la prise du pouvoir de la junte à Rangoon, à une discrimination impitoyable, privée de la nationalité birmane et de tous ses droits civiques et sociaux.

En 2012 déjà, une première vague de répression avait fait plus de deux cents morts. En octobre 2016, une « Armée arakanaise du salut rohingya » (Arsa) s’est créée pour organiser la résistance. Il est vrai que les événements auxquels on assiste aujourd’hui ont formellement été déclenchés par l’attaque de plusieurs postes-frontières par l’Arsa. Le Bangladesh a en effet fermé sa frontière, estimant ne plus pouvoir accueillir davantage de réfugiés. Le pouvoir birman en a profité pour pointer la responsabilité des Rohingyas, qualifiés de « terroristes ». Or, il semble établi que l’Arsa n’a, pour l’heure, aucun lien avec des organisations jihadistes, mais tentent seulement d’obtenir le rétablissement des droits des musulmans birmans à la nationalité et à la citoyenneté.

Viols, tortures et massacres de villages

La communauté internationale a été choquée ces jours derniers par le silence, puis par les déclarations de la « Conseillère d’État » — puisque c’est son titre officiel — Aung San Suu Kyi, prix Nobel de la paix 1991. Alors que l’on recense plus de 400 morts, que des cas de viols, de tortures, et des massacres de villages ont été signalés, Aung San Suu Kyi dénonce « un iceberg de désinformation […] qui vise à promouvoir les intérêts des terroristes ».

Il est vrai que des photos venues d’autres conflits ont circulé sur les réseaux sociaux alimentant la thèse de la désinformation. Mais il est tout aussi vrai que des massacres bien réels ont eu lieu, et que le sort réservé aux Rohingyas depuis plusieurs décennies est un défi aux droits humains. La déclaration de la prix Nobel met en évidence l’ambiguïté de sa situation. Car, si la junte a bien laissé le pouvoir aux civils depuis 2011, les militaires sont encore omniprésents au Parlement et au gouvernement. Le début de démocratisation du régime est donc le résultat d’un compromis accepté par celle qui l’a négocié après vingt ans d’une admirable résistance. Aung San Suu Kyi, fille d’un général, héros de l’indépendance, reste cependant elle-même très liée à l’armée, et pas seulement pour des raisons tactiques. Le monde découvre dans cette affaire un autre aspect de sa personnalité et de sa culture, dans cette Birmanie si fortement imprégnée de bouddhisme.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents