« Demain et tous les autres jours », de Noémie Lvovsky : La magie de l’enfance

Dans Demain et tous les autres jours, Noémie Lvovsky met en scène une mère psychiquement dérangée et sa fille, unies par un amour inconditionnel.

D ans une existence, la mère est la personne la plus étrange, la plus imprévisible, la plus insaisissable que l’on puisse rencontrer. » Cette phrase de Marguerite Duras, Noémie Lvovsky et sa coscénariste, Florence Seyvos, l’avaient continûment en tête au cours de l’écriture de Demain et tous les autres jours. Or, la mère qu’elles ont imaginée, interprétée par la réalisatrice elle-même, correspond à l’interprétation la plus radicale de cette citation. Dans une première séquence, on voit la mère et sa fille…

Il reste 91% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents