La fonte des glaciers alpins s’accélère

Selon une équipe de chercheurs grenoblois, les glaciers des Alpes auraient perdu près de 25 % de leur surface depuis 2003.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Fonte des glaces, nouvel épisode. D’après une étude du Laboratoire de glaciologie et géophysique de l’environnement de Grenoble (LGGE), la fonte des glaciers alpins s’est brutalement accélérée ces quinze dernières années. L’étude souligne que la perte de surface entre 2003 et 2015 s’établit en moyenne à 2 % par an contre 0,7 % sur la dernière période observée (1986-2003). Un chiffre multiplié par trois qui inquiète les glaciologues alors que les éboulements mortels se multiplient dans la région.

Si les glaciers du Mont-Blanc résistent mieux à cette érosion, ce n’est pas le cas des autres massifs de basses altitudes. Par exemple, le massif de la Vanoise recule de 2,3 mètres tous les ans. L’arc alpin se réchauffe donc beaucoup plus vite que prévu et si les différents gouvernements se sont engagés à lutter contre le dérèglement climatique, force est de constater que ces belles promesses tardent à se concrétiser. Après la multiplication des « catastrophes naturelles » cet été, les différents États réunis lors de la COP23 à Bonn dans deux mois auront du pain sur la planche.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents