Les maths appliquées aux migrants

Des esprits saugrenus ont concocté un exercice choquant à l’adresse des terminales ES et L.

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


Sortez vos cahiers, aujourd’hui interro de maths : « Des migrants fuyant la guerre atteignent une île en Méditerranée. La première semaine, il en arrive 100. Puis, chaque semaine, le nombre de nouveaux arrivants augmente de 10 %. A/ Par combien est multipliée une quantité lorsqu’elle augmente de 10 % ? B/ On note Un le nombre de migrants arrivés la n-ième semaine. Exprimer Un+1 en fonction de Un. […] F/ En déduire le nombre total de migrants qui seront arrivés dans cette île au bout de huit semaines. Arrondir à l’unité. » Quoi, vous n’avez pas envie de travailler ? Ou quelque chose vous gêne dans cet énoncé ? La photo adjacente au texte, où l’on voit hommes, femmes et enfants entassés sur une embarcation pneumatique, ne vous inspire pas ? Vous n’avez peut-être pas tort…

Des esprits saugrenus ont pourtant bel et bien concocté cet exercice à l’adresse des terminales ES et L, dans un manuel scolaire (page 34) pour le compte des éditions Nathan. Après le tollé provoqué ce week-end sur les réseaux sociaux, celles-ci se sont platement excusées, y compris auprès des « associations d’aide aux migrants, réfugiés et demandeurs d’asile, dont la Cimade », qui les a alertées. Le livre incriminé est retiré de la vente, il sera gratuitement remplacé par une version corrigée. Or, dans un premier temps, la maison d’édition avait argué du fait que les programmes « encouragent la transdisciplinarité et l’ouverture à d’autres thématiques ». Si cette justification semblait ignorer l’indécence du problème arithmétique proposé, elle a le mérite de débrider l’imaginaire !

La preuve : cet exemple au croisement de l’histoire, de la physique et des SVT, qui illumine soudain mon esprit scientifique : « En 1957, des soldats français torturent un militant du FLN au moyen d’électrodes, en lui faisant subir une première décharge électrique de 240 volts. Chaque décharge suivante est augmentée de 15 volts. A/ Évaluer le niveau à partir duquel le fellagha va cracher le morceau. B/ En fonction des expérimentations que vous aurez vous-même effectuées en classe sur vos petits camarades, déterminez à combien de volts le corps humain peut résister avant collapsus définitif. » Vous avez deux heures…


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.