Migrants : évacuation à Grande-Synthe

Un campement sauvage de quelque 400 réfugiés a été évacué mardi matin par la police.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Le campement sauvage du Puythouck à Grande-Synthe a été évacué ce matin par environ 200 policiers. Entre 350 et 400 migrants vivaient là. Une douzaine de bus ont été affrétés pour emporter les migrants vers des centres d’accueil et d’orientation (CAO), a précisé Claire Millot, de l’association Salam. Selon l’Office français de l’immigration et de l’intégration (OFII), « l’opération a été préparée en amont, et plus plus de 400 hébergements ont été dégagés dans les CAO pour les mises à l’abri ».

À proximité de Grande-Synthe, le trafic sur l’A16 a été perturbé en raison de la présence sur la voie de migrants, qui tentaient de fuir l’opération d’évacuation, a rapporté la source policière. Selon une bénévole d’Emmaüs à Grande-Synthe, la police a encerclé le campement et fermé le secteur, laissant les associatifs à l’extérieur.

Cette opération est intervenue au moment où Damien Carême, maire de Grande-Synthe, déplorait une dégradation des conditions de vie dans le campement. « Au dernier comptage de mes services il y avait 56 enfants présents, une quarantaine de femmes, moi, je ne laisse pas perdurer cette situation plus longtemps », avait déclaré le maire, peu avant la visite de Gérard Collomb, la veille, annonçant installer des douches et des toilettes dans le campement de sa commune. De son côté, le ministre de l’Intérieur lui avait refusé de recréer un nouveau camp à Grande-Synthe – le précédent, aux normes internationales, aménagé avec Médecins sans frontières, et recevant jusqu’à 2 000 personnes, ayant brûlé en avril dernier.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents