« Nos années folles », d'André Téchiné

André Téchiné, à partir d’une histoire réelle, montre que, dans la société des années 1920, une certaine permissivité existait par rapport à la question du genre.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


1915. Pour échapper à l’horreur de la guerre, Paul (Pierre Deladonchamps), alors en permission, se cache chez lui avec la complicité de sa femme, Louise (Céline Sallette). Mais les jours sont longs, enfermé dans une cave. Paul décide de sortir habillé en femme. Y prenant goût, il acquiert une réputation dans l’univers semi-mondain où les travestis ont une place.

Nos années folles raconte avec allégresse l’apprentissage de Paul métamorphosé en femme, Lucile l’aidant en même temps qu’elle souffre de le voir partir en goguette chaque soir. André Téchiné, à partir d’une histoire réelle, montre que, dans la société des années 1920, une certaine permissivité existait par rapport à la question du genre. Mais le film retombe dans sa deuxième partie, quand le face-à-face entre Paul et Louise s’envenime.

Nos années folles, André Téchiné, 1 h 43.


Haut de page

Voir aussi

[VIDÉO] Le peuple de la ZAD se lève

Écologie accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents