Paroles juives contre le racisme

L'Union juive française pour la paix (UJFP) sort une série de vidéos antiracistes : un formidable outil pédagogique.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Être antiraciste quand on est juif, cela ne signifie pas seulement combattre l’antisémitisme. C’est sans doute le message principal délivré par l’Union juive française pour la paix (UJFP) dans une série de vidéos disponibles sur la chaîne YouTube de l’association. Ces « Paroles juives contre le racisme » marquent le début d’une campagne dont l’objectif est « de lutter contre les stéréotypes concernant les juifs et entamer une réflexion autour de la construction d’un nouvel antiracisme », selon les responsables de l’association..

Sous le regard du réalisateur franco-israélien Eyal Sivan, 35 militants de l’UJFP livrent des témoignages puissants et fédérateurs autour des questions de racismes en France. Déclinées en neuf pastilles interdépendantes, ces vidéos constituent un outil pédagogique. « Racisme d’État », « Hiérarchie des racismes ? », « Racisme et féminisme » : dans chaque thème, les intervenants livrent une vision humaniste et universelle du combat contre le racisme.

Au-delà de l’universalité revendiquée de la lutte contre le racisme, les vidéos abordent d’autres sujets parfois tabous. « Critiquer Israël, sans être juif, amène automatiquement une accusation d’antisémitisme, il y a une forme d’omerta », regrette par exemple un intervenant pour qui « être antisioniste, c’est avant tout être anticolonial ». Car le thème hautement polémique « Antisémitisme et Sionisme » n’est évidemment pas esquivé. « Nous avons vu le ratage complet de la campagne de SOS Racisme et ça nous a donné envie de réaliser ces vidéos, en donnant la parole à nos militants pour mettre en lumière la diversité de leur trajectoire individuelle », explique le codirecteur de l’UJFP, Dominique Natanson.

L’association entend présenter ce matériel dans les établissements scolaires, dans les quartiers populaires et « partout où se mène la lutte contre le racisme, contre les discriminations, contre les violences policières et le racisme d’État ».


Haut de page

Voir aussi

Articles récents