Sénatoriales : Macron trébuche

La composition du Sénat n’a pas été affectée par la vague macroniste.

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


La composition du Sénat, qui n’a connu qu’une alternance de trois ans depuis 1958, n’a pas été affectée par la vague macroniste. La République en marche, qui avait un groupe de 29 membres, débauchés surtout dans les rangs du PS, n’en retrouve que 28 à l’issue des sénatoriales du 24 septembre. Cet été, il en espérait 60. Depuis, le gouvernement a rogné les dotations aux collectivités locales, supprimé les emplois aidés… Les élus locaux le lui ont fait payer, aidés par un mode de scrutin conservateur. Au final, les équilibres changent peu. La droite sénatoriale, Les Républicains et centristes, a désormais 213 sièges (+ 25), dont 159 pour LR. Le groupe PS reste le deuxième, avec 81 membres (- 5). Le groupe Communiste, républicain et citoyen compte 12 élus (- 6) comme le RDSE à majorité PRG (- 4). Et les écolos ne sont plus que 4.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.