« Detroit », de Kathryn Bigelow : Sadisme et répression

Dans Detroit, Kathryn Bigelow raconte l’insurrection des Noirs en 1967, à travers un épisode de violence policière extrême.

La ville de Detroit, en 1967, est le théâtre d’un énorme mouvement de révolte de la communauté noire. C’est le point de départ du film de Kathryn Bigelow, dont la première partie installe le contexte : celui de la ségrégation raciale, des violences policières, incessantes et impunies. Cette ouverture est cinématographiquement très forte, la cinéaste mêlant images d’archives, suite de tableaux du peintre noir Jacob Lawrence intitulée « Migration Series », et scènes fictionnelles. Sa caméra explore la ville,…

Il reste 80% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents