« L’Assemblée », de Mariana Otero : « Le personnage principal, c’est la parole »

Mariana Otero figure parmi les documentaristes les plus passionnants. Depuis plusieurs films, nous l’accompagnons, et c’est naturellement que nous lui avons proposé la rédaction en chef de ce numéro à l’occasion de la sortie de son film L’Assemblée sur Nuit debout.

Christophe Kantcheff  • 11 octobre 2017 abonné·es
« L’Assemblée », de Mariana Otero : « Le personnage principal, c’est la parole »
© photo : DR
https://youtu.be/gn4r7U-Q6OI

Histoire d’un secret, Entre nos mains, À ciel ouvert, et aujourd’hui L’Assemblée. Mariana Otero figure parmi les documentaristes les plus passionnants. Depuis plusieurs films, nous l’accompagnons, et c’est naturellement que nous lui avons proposé la rédaction en chef de ce numéro, ce qu’elle a fait avec beaucoup d’intérêt et de sérieux – qu’elle en soit ici chaleureusement remerciée.

L’an dernier, dès les premiers jours de Nuit debout – mouvement que nous avons amplement suivi –, Mariana Otero a pris sa caméra et en a filmé le cœur, là où toutes les réflexions convergeaient : l’assemblée. La prise de parole, l’écoute, le renouvellement de la démocratie sont au centre de son film. Nous avons bâti ces pages à partir de ces questions, en particulier notre dossier, qui porte sur la parole politique et le pouvoir. Les violences policières ne sont pas oubliées, à travers le portrait de Fred Raguénès, qui, bien que victime, risque aujourd’hui la prison. Nous sommes aussi allés faire un reportage au Portugal, pour voir comment une politique anti-austéritaire y est mise en œuvre. Bref, voici un numéro où le cinéma et nos préoccupations journalistiques font bon ménage.

Mariana Otero venait de déposer un nouveau projet au Centre national du cinéma en vue d’obtenir l’avance sur recette quand Nuit debout a

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Cinéma
Temps de lecture : 9 minutes