« Diane a les épaules », de Fabien Gorgeart : Rondement mené

Dans son premier long métrage, Diane a les épaules, Fabien Gorgeart filme une jeune femme seule qui porte l’enfant d’un couple d’amis.

Ils se sont mis d’accord avant que le film commence. Notamment sur le fait qu’ils ne demanderaient pas le sexe. Mais c’est la première échographie, et Jacques hésite. Thomas préfère la surprise. « Moi j’m’en fous, les gars, c’est vous qui voyez », commente Diane, allongée sur la table d’examen, le bas du ventre brillant de gel. Assis près d’elle, Thomas fixe le téléviseur, ému. Jacques, debout, est légèrement hors cadre. Diane regarde ailleurs. « Porter un enfant et attendre un enfant, c’est pas pareil !…

Il reste 85% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents