Interpeller les consciences

Georges Didi-Huberman et Niki Giannari rendent leur humanité aux migrants d’hier et d’aujourd’hui.

La révolte, on l’exprime parfois – souvent – dans une violence qui est désespoir. Et, lorsqu’on est gens de verbe, par la colère ou l’outrance. Pour transmettre son indignation, Georges Didi-Huberman convoque la culture et la beauté. Celles de la poésie de la poétesse grecque Niki Giannari et les siennes propres, qui fertilisent l’imagination et créent une ardente empathie avec ces silhouettes qui veulent « passer, quoi qu’il en coûte ». Le philosophe et historien de l’art nous offre un texte d’une rare…

Il reste 83% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents