Lucien Hervé : L’âme d’un architecte

Deux expositions sont consacrées au photographe Lucien Hervé, dix ans après sa disparition. Des images de masses et volumes où perce la figure humaine.

Deux prénoms pour faire un nom. Lucien Hervé pour László Elkán, de son vrai nom, né en 1910 dans une famille bourgeoise hongroise, à Hódmezovásárhely. Comme Andor Kertész, Gyula Halász, Endre Ernö Friedmann, plus connus sous les noms, respectivement, d’André Kertész, Brassaï et Robert Capa, il fait partie de cette génération en exil, formant à elle seule une histoire de la photographie déracinée. Lucien Hervé, à qui la galerie Maubert, à Paris, avec une trentaine d’images, et le château de Tours, avec plus…

Il reste 90% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Téléphone portable à l'école : une belle diversion

Un prof sur le front par

Blog

 lire   partager

Articles récents