Retour d’un roi du funk

Le nouvel album du bassiste Bootsy Collins enchante par son entrain et sa générosité, embrassant plusieurs décennies de musique afro-américaine.

En 1997, le Rock & Roll Hall of Fame, célèbre institution qui récompense les artistes de la musique populaire américaine, inscrit à son palmarès le génial collectif de funk Parliament/Funkadelic/P-Funk. Une quinzaine de musiciens entrent en scène. Il y a Bernie Worrell, le poète claviériste ; Garry Shider, le guitariste ; George Clinton, le leader/chanteur/compositeur aux dreadlocks colorées et à la cape de fourrure ; et Bootsy Collins, bassiste, arborant ses fameuses lunettes en étoiles, son chapeau et…

Il reste 87% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents