Semaines décisives pour la Syrie

Le huitième round de discussions s’est ouvert mardi à Genève, alors que Bachar Al-Assad a intensifié ces jours-ci ses bombardements sur la zone rebelle de la Ghouta.

Politis  • 29 novembre 2017
Partager :
Semaines décisives pour la Syrie
© photo : Mikhail KLIMENTYEV / SPUTNIK / AFP

Une phrase d’un colonel de la division rebelle Al-Hamza résume bien l’impasse du conflit syrien : « C’est la Russie qui mène le bal, mais le régime syrien ne peut pas être réhabilité. » Toute la contradiction est là. Rien n’est possible avec Bachar Al-Assad, mais la Russie, toute-puissante dans ce dossier, n’est pas disposée à lâcher le dictateur syrien. De fait, la question de la gouvernance, autrement dit de la survie du régime, est bien de nouveau au cœur du huitième round de discussions qui s’est ouvert mardi à Genève, sous l’égide de l’ONU. Et, comme s’il voulait en rajouter dans l’horreur, Bachar Al-Assad a intensifié ces jours-ci ses bombardements sur la zone rebelle de la Ghouta, dans la banlieue de Damas, qualifiée par une mission de l’ONU d’« épicentre de la souffrance ». Cela, alors même qu’elle a été déclarée « zone de désescalade » par la Russie et le régime. Ce qui donne une idée de la duplicité de Damas.

À lire aussi >> Notre dossier « Syrie : Six ans pour détruire un pays »

Deux éléments nouveaux sont toutefois intervenus avant le rendez-vous de Genève. Pour la première fois, l’opposition syrienne se présentera unie face aux représentants du régime. Après trois jours de discussions à Riyad, les différents courants ont réussi à désigner une représentation unique. D’autre part, la défaite de Daech, à l’est du pays, prive la propagande russo-syrienne de l’amalgame entre rébellion et mouvement terroriste. Le sort de Bachar Al-Assad, auteur d’une répression féroce depuis six ans, et de plusieurs attaques chimiques contre des civils, constituera néanmoins le principal point de blocage. Même si une étroite porte de sortie existe avec la perspective d’élections législatives sous l’égide de l’ONU. Mais quelles garanties pour les opposants dans un pays sous le joug du clan Assad depuis quarante-sept ans, et ruiné par une guerre civile qui a fait plus de 400 000 morts ?

Monde
Temps de lecture : 2 minutes
Soutenez Politis, faites un don.

Chaque jour, Politis donne une voix à celles et ceux qui ne l’ont pas, pour favoriser des prises de conscience politiques et le débat d’idées, par ses enquêtes, reportages et analyses. Parce que chez Politis, on pense que l’émancipation de chacun·e et la vitalité de notre démocratie dépendent (aussi) d’une information libre et indépendante.

Faire Un Don

Pour aller plus loin…

En Sicile, les damnés de la serre
Italie 10 avril 2024 abonné·es

En Sicile, les damnés de la serre

Dans l’une des plus grandes concentrations de serres d’Europe, les abus sont légion. Ces dernières années, le racket des ouvriers tunisiens venus avec un visa s’est généralisé.  
Par Augustin Campos
La gauche grecque, du pouvoir à la marginalisation
Monde 3 avril 2024 abonné·es

La gauche grecque, du pouvoir à la marginalisation

Avec l’arrivée au pouvoir d’Alexis Tsipras en 2015, le pays devait faire figure de modèle pour les gauches radicales d’Europe. Près de dix ans plus tard, Syriza cumule les échecs électoraux et les espoirs se sont éteints.
Par Angélique Kourounis
Turquie : « J’ai vécu un remake de l’affaire Dreyfus »
Monde 27 mars 2024 abonné·es

Turquie : « J’ai vécu un remake de l’affaire Dreyfus »

La quasi-totalité des édiles du Parti démocratique des peuples élus en 2019 ont été destitués par le régime turc au bout de quelques mois. C’est le cas d’Adnan Selçuk Mızraklı, porté à la tête de Diyarbakır avec 63 % des voix, qui depuis est en prison. Nous sommes parvenus à établir avec lui une correspondance écrite clandestine.
Par Laurent Perpigna Iban
À Jérusalem-Est, un ramadan sous pression
Monde 20 mars 2024 abonné·es

À Jérusalem-Est, un ramadan sous pression

En Palestine occupée, le mois saint de l’islam cristallise les tensions alors que les Palestiniens font face à de nombreuses restrictions de l’accès au mont du temple et à la mosquée Al-Aqsa. Elles illustrent le régime légal que des organisations de défense des droits humains qualifient d’apartheid. 
Par Philippe Pernot