Bonne année quand même !

Macron fait à peu près ce qu’eût fait la candidate d’extrême droite qui lui a permis de gagner la présidentielle.

Emmanuel Macron est ce gars, tu sais, qui a été élu il y a huit mois président de la République française parce qu’il y avait en face de lui, au second tour de cette élection, une candidate d’extrême droite. Dans le cours de sa campagne, il avait parlé de l’« honneur de la France à accueillir les réfugiés » – comme s’il s’agissait d’une question d’honneur [1]. Plus récemment – c’était au mois de septembre dernier –, il a fait devant l’Assemblée générale des Nations unies cette poignante déclaration : « La…

Il reste 82% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Depuis 2018, on « revient à l’école de l’ordre, plus verticale »

Société accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.