Les big bands ont le blues

En jazz, les orchestres de grande taille survivent dans un contexte économique particulièrement fragile. Pourtant, l’offre est florissante.

Le 12 décembre, au Pôle musiques actuelles et création du conservatoire à rayonnement régional (CRR) de Paris, se tenait la présentation publique des résultats d’une étude réalisée par la fédération Grands Formats. Cette enquête, la deuxième du genre, est un outil majeur pour comprendre comment vivent les grands orchestres de jazz. Grands orchestres ou big bands ? La nuance existe. Le big band emploie traditionnellement trois sections instrumentales (anches, trombones et trompettes) et un trio ou quatuor…

Il reste 94% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents