« L’Usine de rien », de Pedro Pinho : La recherche du travail perdu

L’Usine de rien, du Portugais Pedro Pinho, est un film gigogne sur la difficulté à penser le monde ouvrier dans un avenir désindustrialisé.

Ingrid Merckx  • 13 décembre 2017 abonné·es
« L’Usine de rien », de Pedro Pinho : La recherche du travail perdu
© photo : Vasco Viana
https://youtu.be/UrgL_yDppqw

Que fait un ouvrier quand il ne travaille pas ? Quand il ne peut plus travailler ? Quand on lui a pris sa machine mais qu’il doit rester à son poste malgré tout ? Dans un silence inhabituel, dans le froid hivernal d’un entrepôt même plus réchauffé par l’activité, certains jouent avec des bris de métal sur des établis nickels, ou se les lancent d’un poste à l’autre comme on jetterait des cailloux dans l’eau. D’autres allument la radio. D’autres encore jouent au ballon avant de se faire enguirlander par ceux qui redoutent de perdre leur travail… Mais leur travail est perdu. Volé. Délocalisé.

C’est le constat premier, révolté, de L’Usine de rien, du Portugais Pedro Pinho et du collectif de réalisateurs Terratreme, qui oscille entre chronique contemporaine sur une occupation d’usine et conte philosophico-politique dans une ère post-capitaliste.

Les

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Cinéma
Temps de lecture : 5 minutes