Olivensteins : Le retour des sales gosses

Fin de quarantaine réussie pour les Olivensteins, qui sortent enfin leur premier album.

Le premier épisode de la vie des Olivensteins a été bref mais remarqué dans le monde du punk en version française. Un 45 tours 3 titres en 1979, et la justice leur a montré la sortie. Le célèbre directeur du centre médical Marmottan, spécialisé dans les addictions, dont ils avaient chapardé le nom comme des sales gosses, avait peu goûté la plaisanterie – et plus du tout quand ils ont commencé à jouer sur scène un morceau intitulé « Olivenstein, je t’ai dans les veines ». Exit donc les Olivensteins en 1980, mais, à ce moment-là, la fête punk était déjà finie. Les protagonistes ont continué quelque temps sous d’autres noms, Rythmeurs puis Rustics, mais les Olivensteins n’ont refait surface qu’en 2013 pour un concert, puis un autre, jusqu’à finir par enregistrer cet album. Le personnel a un peu changé, mais il reste le trio formé par Gilles et Éric Tandy – le premier joue de la guitare et chante en mordant à pleines dents dans les mots écrits par son frère –, et Vincent Denis, qui tient la deuxième guitare.

Il reste 61% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents