Ramdam chez les Mi’gmaq

Éric Plamondon situe un western moderne et mordant dans une réserve indienne de Gaspésie.

Une bande de quarante kilomètres carrés. Le territoire des Indiens, qui faisait des milliers de kilomètres au Québec, a fondu. « Les réserves ont remplacé les guerres. Même contenus dans de ridicules portions de terre, ils ont survécu. » Océane « sait cela ». Le soir du 11 juin 1981, l’héroïne du nouveau roman du Québécois Éric Plamondon se remémore comment les Français et les Anglais sont venus sur sa terre, après les Vikings peut-être, comment son peuple a sauvé les Blancs, qui n’auraient pas survécu…

Il reste 81% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents