Dossier : Ils inventent une autre économie

Réparer son vélo, un cadre de résistance

À Grenoble, les ateliers solidaires d’autoréparation sont un puissant vecteur de lien social et un outil d’émancipation.

Le premier à pousser la porte de Pignon sur roue a tout juste 11 ans et il s’appelle Malik. C’est la sortie d’école et la nuit précoce prévient que l’hiver n’est plus très loin. Sur le paillasson de l’atelier d’autoréparation de vélos, situé à la Villeneuve, l’un des quartiers les plus populaires de Grenoble, le petit gars, taiseux, pointe d’un doigt frigorifié la roue crevée de son B-Twin blanc. « Tu sais t’occuper de ça, maintenant ! », lui lance Gwenaël, trentenaire bénévole qui a participé à la…

Il reste 94% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.