Sécurité privée, violence légale ?

Les textes législatifs encadrent de plus en plus le secteur de la sécurité privée. Est-ce le signe d’un recul démocratique ?

D’ici à cinq ans, la France comptera sur son territoire plus d’agents de sécurité privée que de gendarmes et de policiers cumulés. Ils seront environ 320 000 en exercice. Difficile de prévoir leurs prochaines prérogatives tant les missions qui leur sont confiées aujourd’hui se multiplient, et prennent de l’importance. Dernière preuve en date : sous couvert de lutte contre le terrorisme, la loi d’octobre 2017, renforçant la sécurité intérieure, donne la capacité aux agents privés de participer aux…

Il reste 90% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents